NUMiDIA نوميديا
NUMiDIA نوميديا

منتدى ثقافي فكري حواري

.... لقد تمّ حذف مادّة مهمّة من ساحة : أضف كلمة أمازيغية فهل يوجد من بين اعضاء المنتدى من يحتفظ بها
--------- Tfaska n'wen d'tameggast عيد سعيد
أهلا === azul كيف حالك ?=== ?manzakin ماذا تفعل ? === ? matta hetteggd أين تذهب ? === ? mani tild أين أنت ? === ? mani hellid ما بك ؟ === ?matta chyughn عفوا === asorf الى اللقاء === ar timlilit من فضلك === igh as tufit سنة سعيدة === asggas ighodan شكرا === tanmmirt صباح الخير === tifawin ليلة سعيدة === timnsiwin إلى اللقاء === ar tufat تشرفنا بمعرفتك === s waddur tusna nk جيد === iyfoulki مرحبا بكم === ansof iswn إلى وقت آخر === ar tiklit yadn

أهلا وسهلا بك زائرنا الكريم, أنت لم تقم بتسجيل الدخول بعد! يشرفنا أن تقوم بالدخول أو التسجيل إذا رغبت بالمشاركة في المنتدى

L’IMAGE DE L’ALGÉRIE ANTIQUE AU TRAVERS DES SOURCES ARABES DU MOYEN ÂGE

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل  رسالة [صفحة 1 من اصل 1]

1 L’IMAGE DE L’ALGÉRIE ANTIQUE AU TRAVERS DES SOURCES ARABES DU MOYEN ÂGE في الثلاثاء يوليو 22, 2014 4:57 pm

Admin

avatar
Admin
(MOUKRAENTA-ABED BAKHTA, L’IMAGE DE L’ALGÉRIE ANTIQUE AU TRAVERS DES SOURCES ARABES DU MOYEN ÂGE, ALGER, 2012. )


1) LES TEXTES
أدنة (أربة، أزبة ، أذنة) / ADENA (ARBA, AZBA, ADENA) -Zabi Justiniana -
1-اليعقوبي :
"و مدينة أربة و هي آخر مدن الزاب مما يلي المغرب في آخر عمل بني الأغلب و لم تجاوز المسوّدة." (ص. 351-352).
1- Al-Yacqūbi :
«La ville de Arba est la dernière localité du Zāb vers l’ouest. C’est la limite des possessions aġlabides ; ils n’ont jamais eu d’autorité au-delà.»
2-الرقيق القيرواني :
"(...) فرحل إلى بلاد الزاب فسأل عن أعظم مدائنهم قدرا قالوا : مدينة يقال لها أذنة، و منها الملك. و هي مجمع ملوك الزاب. وكان حولها ثلاثمائة و ستون قرية، و كلها عامرة. و لما بلغهم أمره لجئوا إلى حصنهم، و هرب بعضهم إلى الجبال الوعر. و نزل واديا بينه و بينها ثلاثة أميال. فلقوه عند الوادي و قت المساء، فكره قتالهم في الليل، فوقف القوم ليلهم ساهرين، فسماه الناس إلى اليوم وادي سهر. فلما أصبح و صلى أمر بالقتال، و كانت بيهم ما رأوا قط ممن حاربوه مثلها، حتى يئس المسلمون من أنفسهم، فأعطهم اللُه عز وجل الظفر. فإنهزم القوم و قتل فيها أكثر فرسان الروم، فذهب عزهم من الزاب و ذلوا إلى آخر الدهر. فكره أن يقيم عليها." (ص. 11-12).
2- Al-Raqiq al-Qayrouani :
«(...) Quand cUqba b.Nafic se dirigea vers le pays du Zāb, il interrogea les gens sur la ville la plus importante de cette région. On lui indiqua Adena, capitale des rois du Zāb. Adena était entourée de trois cent soixante villages bien peuplés. Quand les habitants reçurent la nouvelle de son arrivée, certains se réfugièrent dans leur forteresse et d’autres s’enfuirent vers les montagnes. cUqba descendit avec son armée près d’un oued à trois milles de la ville. À cet endroit, les deux armées se sont rencontrées à la tombée de la nuit et cUqba décida de ne pas combattre durant la nuit, alors les deux armées restèrent éveillées toute la nuit : c’est pour cela qu’on appelle cette rivière Saher. Au lever du jour, les armées se s’affrontèrent violemment ; les musulmans commençaient à perdre espoir dans la victoire, mais en fin de compte Dieu a fait que les musulmans l’emportèrent ; la majorité des cavaliers Rūms furent tués et leur puissance anéantie jusqu’à la fin des temps.»
3-البكري :
"مدينة أدنة وهي خالية خرّبها علي بن حمدون المعروف بإبن الأندلسي في سنة أربعة وعشرين و ثلاثمائة في رجوع ميسور الفتى من المغرب وبلد أدنة بلد كثير الأنهار و العيون العذبة وهناك عين الكتان عين عذبة في مفازة عليها أربع نخلات بينها وبين المسيلة مرحلة و بشرقها وادي مقرة عليه سبع قرى منها قرية يكسم و زيتها أطيب الزيوت و بين عين الكتان و أدنة نهر سهر ونهر النساء و نهر أبي طويل و عين الغزال وبين نهر سهر و نهر النساء ثلاثة أميال و سُمي بذلك لأن هوارة أغاروا على نساء أدنة و ذهبوا بهن فأدركهم أهل أدنة فاستنفدوا النساء هناك و الغنيمة وقتلوا جماعة من هوارة." (ص. 144).
")... (و بقبلي مدينة المسيلة موضع يعرف بالقباب فيه قباب من بنيان الأول و على مقربة منها مدينة للأول خربة يقال لها بشيلقة فيها جدولان من الماء عذب جلبه الأول إليها يقال لها تارفاانوودى تفسيره ساقية السمن". (ص. 59).
3- Al-Bakri :
«Adena, ville abandonnée, détruite en l’an 324H, par cAli b. Hamdūne, surnommé Ibn al-Andalusia. Cela eut lieu à l’époque où Maysūr al-Fata revint de son expédition du Maghreb. Le territoire d’Adena offre un grand nombre de ruisseaux et de sources d’eau douce. On y remarque surtout l’cAïn al-Kattāne, source de bonne eau, qui jaillit dans un désert et qui est protégée par quatre dattiers. Cet endroit est à une étape d’Al-M’sila. À l’est (d'Al-M’sila) coule l’oued Maqqara, ruisseau qui passe par sept villages, dont celui qui porte le nom de Yaksem et qui fournit de l’huile d’une excellente qualité. Entre cAïn al-Kattāne et Adena, on rencontre trois rivières : le Seher, l’oued al-Nisā’ et l’oued Abū Tawil. On y trouve aussi une fontaine nommée al-Gazāl. Entre le Seher et le Nisā’, il y a une distance de trois milles. L’oued al-Nisā’ fut ainsi nommé parce que les Hawwāra, dans une de leurs courses, avaient enlevé les femmes d’Adena. Les habitants de cette ville poursuivirent les ravisseurs et les ayant atteints auprès de la rivière, ils délivrèrent leurs femmes, reprirent le butin et tuèrent une partie des Hawwāra.»
«Au sud d’Al-M’sila se trouve un endroit nommé les coupoles (Al-Qibāb) ; on y remarque des voûtes antiques auprès desquelles subsistent des restes d’une ville ancienne nommée Bašilqa. Ces ruines sont traversées par deux rigoles d’eau douce dont les conduits sont de construction ancienne.»
4-أبو بكر الصنهاجي :
"و كانت بين أبي يزيد و اسماعيل واقعة بفحص باتنة و باتنة هذه مدينة عظيمة خربت.بينها و بين المسيلة إثنا عشر ميلا." (ص. 41).
4- Abū Bakr al-Ṣanhāği :
«(…) C’est dans la plaine de Bātna que s’est déroulé un épisode de la bataille entre Abū Yazid et Ismacil. Bātna (autrefois Adanah) est une grande ville en ruine. De là à Al-M’sila il y a une distance de douze milles».
5-ابن الأثير :
")...( ثم سار في عسكر عظيم حتى دخل مدينة باغاية، و قد اجتمع بها خلق كثير من الروم، فقاتلوه قتالا شديدا و انهزموا عنه و قتل فيهم قتلا دريعا و غنم منهم غائم كثيرة، و دخل المنهزمون المدينة و حاصرهم عقبة. ثم كره المقام عليهم فسار إلى بلاد الزاب، وهي بلاد واسعة فيها عدة مدن و قرى كثيرة، فقصد مدينتها العظمى واسمها أربة، فإمتنع بها من هناك من الروم النصارى، و هرب بعضهم إلى الجبال، فاقتتل المسلمون و من بالمدينة من النصارى عدة دفعات ثم انهزم النصارى و قتل كثير من فرسانهم و رحل إلى تاهرت." (ج. 4، ص. 105).
5- Ibn Al-Atir :
"(…) puis il s'avança alors avec des forces considérables jusqu'à la ville de Bāġāya, où s'étaient concentrés les Rūms en très grand nombre; il leur livra une bataille acharnée où il les mit en déroute, leur fit subir de grandes pertes en hommes et en biens, et les força à se réfugier dans la ville, dont il commença le siège. cUqba ne voulut pas s'y arrêter longtemps, marcha contre le Zāb, vaste région comprenant plusieurs villes et de nombreuses bourgades, et y attaqua Arba, qui en est la ville la plus considérable et où les Rūms chrétiens lui opposèrent de la résistance; une partie cependant s'enfuit dans les montagnes, et ceux qui étaient restés durent, à la suite de plusieurs rencontres avec les musulmans, fuir à leur tour après avoir perdu de nombreux cavaliers, et cUqba marcha sur Tāhart."
6-عبد المؤمن بن عبد الحق :
" أربة بالتحريك و الباء الموحدة : اسم مدينة بالمغرب، من أعمال الزاب، و هي أكبر مدينة يقال : إن حولها ثلاثمائة و ستين قرية." (ج. 1 ص. 51).
6- cAbd al-Mu’min ibn cAbd al-Ḥaq :
«(...) Arba est une grande ville du Maghreb, et une province de la région du Zāb. On dit qu’elle est entourée de trois cent soixante villages.»
7-عبد المنعم الحميري :
"(...) و بالزاب من أرض إفريقية مدينة اسمها أذنة أيضا على مقربة من المسيلة بينهما اثنا عشر ميلا و بينهما و بين مدينة طبنة مرحلتان، و أذنة هذه أخربها علي بن حمدون المعروف بإبن الأندلسي سنة أربع و عشرين و ثلاثمائة، وهي كثيرة الأنهار والعيون العذبة، و هي مدينة رومية قديمة، و كان حولها ثلاثمائة وستون قرية للروم و كلها عامرة، و هي كانت مملكة الروم بالزاب ؛ و كان عقبة بن نافع، رحمه الله، حين قدم إفريقية غازيا بعد انفصاله عن تلمسان و محاربته لأهلها دخل يريد الزاب (....)" (ص. 20).
7- cAbd al-Muncim :
«(...) La ville nommée Adena est située dans le Zāb d’Ifriqiya, à douze milles d’Al-M’sila et à deux étapes de la ville de Ṭubna. En 324H Adena fut détruite par cAli b.Hamdūn surnommé Ibn Al-Andalousi. Elle a beaucoup de rivières et de sources d’eau douce. C’est une ville antique d’époque romaine, entourée par trois cent soixante villages peuplés appartenant tous aux Rūms, et c’était leur capitale dans la région du Zāb. Quand cUqba entreprit la conquête de l’Ifriqiya, après avoir livré bataille à Tilimsān, il revint vers la région du Zāb (....).»
2) Monographie de la ville
Adena (Bašilqa ?) (Zabi Justiniana)
Sources antiques :
Itinéraire d’Antonin, p. 12 ; Procope, De Aedificiis, II, 21 ; id., Guerre Vandale, II, 20 ; Notitia Dignitatum, XXV, 26.
Zabi Justiniana
Toponyme:
Le toponyme prend différente formes dans les sources arabes : "Adena" (Al-Bakri) ; "أذنة" "Aḍena" (Al-Raqiq, Al-Sanhāği, Al-Maliki, cAbd al-Muncim) ; "'Arba" (Al-Yacqūbi, Ibn al-Atir, Al-Nuwayri) ; "'Azba" (Ibn Haldūn). Les formes qui se répètent le plus souvent sont celles d’Adena et d’Arba. Étant donné ces variantes, plusieurs questions se posent : comment pouvons-nous savoir qu’il s’agit de la même ville et comment expliquer les différences ?
Ce sont les faits historiques qui nous ont guidé pour l’identification de la ville ; nous avons analysé le processus de la conquête arabe à l’époque de cUqba b. Nafic : ce dernier contourne la ville de Bāġāia et se dirige vers le Zāb : tous les textes disent que la plus grande ville du Zāb, capitale des Rūms (Byzantins), c’est Arba ou Adena.
Nous avons beaucoup hésité entre "Azba" et "Adena" qui figurent dans le texte d’Al-Raqiq, le plus ancien des auteurs occidentaux, et "Azba" d’Ibn Haldūn. D’un point de vue chronologique. La première forme toponymique est Arba, citée par Al-Yacqūbi qui, d’ailleurs, ne donne aucun détail de la ville, pour la simple raison qu’elle est à la limite occidentale des territoires aġlabides.
La forme la plus logique à adopter est Adena car elle est celle donnée par Al-Raqiq, l’auteur le plus ancien à parler de la conquête du Zāb par cUqba, et parce que les faits cités chez les auteurs ultérieurs ne sont que copie conforme du texte d’Al-Raqiq.
Pour pouvoir donner une hypothèse assez proche du toponyme réel, nous nous sommes reportées aux origines de ce nom et à sa signification dans les langues berbère et arabe. En consultant des dictionnaires de la langue berbère, nous n’avons pas trouvé d’équivalents proches des formes que nous connaissons. Par contre dans la langue arabe nous avons trouvé plusieurs équivalents pour les trois formes de Arba, Adena et Azba : arba al-šai’ "bien faire quelque chose, maîtriser, consolider, raffermir, rendre solide" ; adena bi al-šai’ "laisser prévoir, stipuler (adana), autoriser, permettre" et azba al-ma’ "l’eau qui coule".
Ces trois définitions, bien que diverses dans leur signification, peuvent être toutes les trois justes car la localisation de la ville, que nous traiterons dans les paragraphes suivants, nous montrera que la ville a une position géographique stratégique sur la frontière de la Numidie, et qu’elle conservera après la conquête arabe. L’acception des deux premières formes (Arba et Adena) correspond à cette position stratégique de maîtrise et de prévention, quant à la troisième forme (Azba), elle corrobore la nature géographique du site : les textes arabes décrivent la prospérité de cette ville et de ses alentours, et en particulier ses ressources en eau.
Les trois variantes toponymiques sont typiquement arabes, mais la seule qui puisse avoir une origine antique est "Azba" qu’on peut éventuellement rapprocher du nom de la région du Zāb. En effet dans l’écriture de la langue arabe, il peut y avoir une faute d’orthographe en avançant le alif, on voit le rapprochement entre la Arba et la Azba d’Ibn Haldūn où le «r» s’est transformé en «z» et nous pensons que Ibn Haldūn a essayé de corriger la faute des auteurs précédents en changeant la Arba du Zāb en Azba. Mais il n’est pas impossible non plus qu’Ibn Haldūn soit tombé, par hasard, au cours de la rédaction de son œuvre, sur un manuscrit où la ville figurait sous cette orthographe.
Nous choisirons donc la variante d’Ibn Haldūn, bien qu’il ne soit pas le plus ancien des auteurs parlant de la ville, par rapport à Al-Raqiq et Al-Bakri qui donnent des toponymes presque identiques (Aḍena, Adena) ; nous excluons les auteurs orientaux, chez qui le risque d’erreur est plus grand puisqu’ils utilisaient tantôt des manuscrits, tantôt des témoignages oraux.
Forme française : Bechilga.
Forme actuelle : ville disparue.
Localisation :
Les coordonnées fournies par Ibn Sacid donnent une latitude de 29° 45" et une longitude de 23° 40" ; nous avons essayé de localiser la ville, mais nous en avons vite abandonné l’idée, car en réalité Bechilga est située à une latitude de 4° 35" est et à une longitude de 35° 41" nord ; elle est distante de 125 km de Sétif, de 250 km de Constantine et de 248 km d’Alger.
Identification :
La première mention de la ville de Azba dans les textes arabes est celle d’Al-Yacqūbi, auteur du IXe siècle, qui mentionne simplement sa situation aux confins occidentaux du Zāb. Selon la description géographique d’Al-Raqiq, d’Al-Maliki, d’Ibn al-Atir et de cAbd al-Mu’min, la ville est située dans une région montagneuse, bien approvisionnée en eau puisque Al-Bakri et cAbd al-Mu’min relatent l’abondance des rivières, ruisseaux et sources d’eau (cAin al-Kattane et cAin al-Ġazal) à proximité de la ville, ainsi que la la présence de la grande rivière de Seher, (l’oued d’Al-M’sila, l’oued el-Ksob) à quelques kilomètres de celle-ci.
Les distances fournies par les textes arabes peuvent nous aider à trouver une solution d’identification. Tous les historiens (éditeurs et traducteurs des sources arabes du Moyen Âge) ont peiné à localiser de façon précise la ville de Azba et nous sommes confrontée au même problème, car parmi les textes que nous avons recueillis, ceux d’Al-Sanhāği et de cAbd al-Muncim la situent à 12 milles d’Al-M’sila ; or cela ne correspond pas à la distance existant entre les ruines médiévales d’Al-M’sila et l’antique Zabi. Les autres données nous laissent croire qu’il s’agit de Zabi car certains auteurs parlent d’une ville antique. Mais d’autre part, Al-Yacqūbi la situe à la frontière occidentale du royaume aġlabide tandis qu’Al-Raqiq, Al-Bakri, cAbd al-Muncim et Al-Maliki la localisent à trois milles de l’oued Saher, ce qui correspond à la distance réelle.
De tout ce qui précède, nous pouvons identifier notre Azba à l’antique Zabi ; cette identification étaye dans un certain sens notre choix du toponyme, qui est peut-être une continuation du toponyme antique, qui s’est modifié au fil du temps, et par la prononciation à l’époque arabe.
Histoire antique :
Tous les textes arabes sont d’accord sur le fait qu’Azba est une grande ville et capitale du Zāb à l’époque qui précède la présence arabe.
Nous avons pu réunir huit textes qui en parlent, mais un seul, celui de cAbd al-Muncim, indique directement que la ville est d’origine antique et qu’elle remonte à l’époque romaine ; à l’époque des conquêtes musulmanes, les auteurs parlent de Rūms, lesquels sont probablement des Byzantins, en particulier dans l’expression :"capitale des Rūms dans la région,...et avec sa disparition la force des Rūms sera anéantie jusqu’à la fin des temps." Ce passage prouve en quelque sorte la longue domination de ce peuple et la rupture totale avec ce passé. Il indique aussi l’existence d’une forteresse qu’Al-Raqiq, Al-Maliki et cAbd al-Muncim citent au cours de leurs brèves descriptions de la bataille qui se déroula entre les Musulmans commandés par cUqba b.Nafic et les habitants d’Adena ; Ibn al-Atir est le seul à dire que les Rūms se sont réfugiés dans leur grande ville et non pas dans une forteresse. Al-Yacqūbi (ainsi qu’Al-Raqiq) la situe à l’extrémité ouest du Zāb et les textes ultérieurs qui le reprennent (Al-Maliki et cAbd al-Muncim) la situent à trois milles de l’oued Seher ; à quelle ancienne ville romaine pourrait correspondre Azba ?
Les différents facteurs géographiques et historiques nous permettent d’identifier cette ville dont la position clé sur les confins ouest du Zāb fait que nous pensons la rattacher à l’ancien limes Zabensis ; sa grandeur et sa prospérité, bien décrites dans nos textes qui signalent, entre autres, qu’elle avait sous sa dépendance trois cent soixante villages, nous laissent confirmer le doute de P.-L. Cambuzat, en localisant cette ville à l’antique Zabi.
Zabi est le nom de la ville cité dans les sources antiques, dans l’Itinéraire d’Antonin, comme il est fourni par la liste des évêques de 484, où il s’agit d’un episcopus Zabensis de la province de la Maurétanie Sitifienne ; de même, dans la Notitia Dignitatum, est indiqué un limes Zabensis. La ville donc, comme l’a citée cAbd Al-Muncim, est bel et bien de l’époque romaine. Mais on a constaté que la ville était devenue encore plus importante à l’époque byzantine, car la ville romaine de Zabi fut détruite à l’époque des invasions vandales par les Maures (habitants locaux) qui ont profité de la faiblesse des Romains et de l’anéantissement de leurs forces pour se venger.
En 539, Solomon réussit à reconquérir la Maurétanie Sitifienne, et dans le cadre du système défensif qu’avaient adopté les Byzantins en Afrique du Nord, Zabi fut relevée, mais prit alors le nom de l’empereur Justinien «Zabi Justiniana», elle continua ainsi à remplir son rôle de ville place forte dans la nouvelle ligne de défense byzantine, qui n’est en vérité que l’ancien limes Zabensis, jusqu’à sa destruction par cAli b. Hamdūn en 324H/ 935-936 après J.-C..
Monuments :
Le seul auteur à décrire des monuments dans la zone qui nous intéresse est Al-Bakri : il évoque Bašilqa, une ville qui est exactement au sud d’Al-M’sila ; il parle à propos de celle-ci de vestiges archéologiques, ainsi que de voûtes et de coupoles, et des aménagements d’eau. Al-Bakri situe ces ruines au sud de la ville avant de parler d’Adena.
Selon les données archéologiques et les faits historiques, Al-M’sila fut construite à l’époque médiévale. Mais on retrouve dans la ville des vestiges antiques et des traces de la destruction de la ville de Azba par cAli b. Hamdūn afin de transférer le monopole à la nouvelle ville (M’sila). Les prospections nous révèlent précisément que ces monuments proviennent du site de Bechilga, qui semble ne pas avoir changé de nom depuis l’époque d’Al-Bakri ; Bašilqa subit une légère déformation en transformant le «q» en «g». Les ruines de Bechilga sont situées à trois kilomètres à l’est de la ville, et s’étendent sur une superficie d’environ mille mètres de l’est à l’ouest, et de cent à trois cents mètres du nord au sud : on n’y rencontre que des murs à ras de terre, de grosses pierres, des fûts de colonnes et des chapiteaux qui ont été transportés à Al-M’sila.
En décrivant la ville, Al-Bakri nous indique que celle-ci était traversée en longueur par une large rue, et d’autres la croisaient du nord au sud, dont quelques-unes sont encore visibles d’après les constructions qui les bordaient.
1) Forteresse :
Dans plusieurs passages de quatre auteurs (Al-Raqiq, Al-Maliki, Al-Nuwayri et cAbd al-Muncim), il est question d’une forteresse que les Rūms ont utilisée pour se défendre, et qui daterait vraisemblablement de l’époque byzantine puisque la ville a été reconstruite par eux : cela est confirmé dans l’étude de Ch. Diehl et de D. Pringle une citadelle s’élevant en effet à Zabi Justinia ; mais aucune trace ne subsiste de ce monument.
2) Aménagements hydrauliques :
Al-Bakri indique que les ruines de cette ville sont traversées par deux conduites d’eau douce de construction ancienne. En effet les Romains avaient effectué des travaux hydrauliques sur les deux rives de l’oued Seher. Le conduit de la rive gauche est bien repérable en maints endroits et on peut ainsi suivre le cours de la rivière jusqu’au côté sud de la ville de Zabi.
3) Voûtes et coupoles :
En ce qui concerne les voûtes et les coupoles dont parle Al-Bakri, nous n’avons aucun éclaircissement : pas de trouvaille sur le site même, mais il ne faut pas oublier le fait que les monuments furent transportés à Al-M’sila. Cependant la question se pose de savoir s’il ne s’agit pas d’une basilique ?
Donc au Xe siècle, un nombre considérable des vestiges de Zabi étaient encore debout, car Al-Bakri a repris des passages d’Al-Warrāq qui a vécu au siècle Xe. En tout cas, la fondation d’Al-M’sila et la destruction de Zabi ont eu lieu au Xe siècle.
Évolution de la ville de Bašilqa :
Auteurs Évolution
Al-Yacqūbi Ville
Al-Muqaddasī Ville
Al-Raqiq Grande ville
Al-Maliki Grande ville
Al-Bakri Ville en ruine
Al-Sanhāgi Ville en ruine
Ibn al-Atir Grande ville
Ibn Haldūn Ville
Abd al-Haq Grande ville
cAbd al-Muncim Ville en ruine
Le graphique n°1, qui représente l’évolution de la ville par rapport à la chronologie des auteurs, nous montre une ville qui évolue puis tombe en ruine, qui évolue une nouvelle fois et retombe en ruine. Mais nous ne pouvons accepter cette interprétation car elle est totalement fausse. Le graphique n°2 nous donne l’évolution réelle de la ville, basée essentiellement sur la période devançant Al-Yacqūbi et qui lui succède de moins d’un siècle, car Al-Bakri, repris par cAbd al-Muncim, date précisément la destruction de la ville en 324H/935-936 après J.-C.. Les autres en effet parlent plus de conquête que d’autres sujets. Al-Raqiq et généralement tous les auteurs qui ont suivi ont repris Al-Bakri, mais ces sources tardives nous confirment le degré de développement de la ville avant la conquête arabe, ce qui prouve sa prospérité avant la conquête de cUqba, puis sa décadence ininterrompue jusqu’à sa destruction finale en 324H/ 935-936 après J.-C. ; nous remarquons d’ailleurs qu’elle est devenue une simple ville à l’époque d’Al-Yacqūbi. Mais la question se pose : comment est survenue cette décadence et pourquoi Ibn Hamdūn a-t-il détruit la ville ? Au VIIe siècle, Azba est la capitale du Zāb occidental puis, au VIIIe-IXe siècles, elle est délaissée au profit de Tubna qui devient une des villes les plus importantes de la région du Zāb. Mais Azba demeure malgré cela la dernière place forte des Aġlabides à l’ouest. C’est la construction d’Al-M’sila qui l’a définitivement mise en péril en devenant la nouvelle capitale du Zāb, au moment de l’expansion des Fatimides vers l’ouest.
Revenons à sa destruction : les sources ne nous indiquent aucun motif à ce sujet : est-ce sa position géographique et la crainte qu’une ville aussi près de la nouvelle M’sila puisse la supplanter ? L’impossibilité de l’existence de deux grandes cités au même endroit ou encore le besoin de matériaux pour bâtir la nouvelle ville dont le prince a ordonné la construction ? D’ailleurs, Al-M’sila est une ville typiquement médiévale avec des monuments antiques.
La ville de Zabi a fait partie du limes Zabensis romain et les Byzantins l’ont gardée dans leur système défensif qui fermait, à l’est, les routes d’invasion, car elle pouvait arrêter les nomades qui tentaient de contourner le grand lac par l’ouest. Elle barrait la route venant de Bou-Saada, elle surveillait le mont de Bou-Taleb et couvrait la vallée de l’oued el-Ksob, reliant le Houdna avec la région de Borj bou Arreridj.
Réseau routier :
Réseau antique :
• De Zabi vers Aras.
• De Zabi vers Tubunae Macri.
• De Zabi vers Equizeto (Lecourbe).
Réseau médiéval :
• De Tubna à Azba (deux étapes).
Le réseau routier de la ville semble maintenir son ancien rôle de liaison dans les limes, puisqu’au Moyen Âge les textes parlent encore de la liaison avec Tubna.

http://numidia.ahlamuntada.com

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة  رسالة [صفحة 1 من اصل 1]

صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى